Le réseau HTEC européen 

Le concept de partenariat pour
un enseignement CNC attrayant

 

Search

Questions et réponses HTEC : réponses à plusieurs questions fréquentes

Q : Quelle est l’idée fondamentale derrière le programme HTEC ?

Katja Mader, directrice marketing de Haas Automation Europe: Le programme HTEC vise à créer des liens solides entre un HFO (Haas Factory Outlet) local et une école ou un collège technique également local. Ces liens permettent au HFO de soutenir et former la future génération d’opérateurs CNC, d’où un avantage certain à la fois pour l’école, ses élèves, les entreprises locales et le HFO.

Bert Maes, coordinateur HTEC : Notre objectif est d’aider les écoles et les entreprises à attirer davantage de jeunes gens vers la fabrication CNC en mettant à leur disposition la meilleure technologie et l’infrastructure de soutien nécessaire. Les centres HTEC contribuent à atteindre ce but et, indirectement, à renforcer en retour l’économie du secteur de fabrication local.

Q : De quoi se compose un centre HTEC ? Par exemple, quels sont les modèles de machines Haas utilisés ?

BM : Généralement, une école achète un tour et une fraiseuse CNC Haas, de manière à ce que les élèves développent une expérience pratique de ces deux types de découpe des métaux. Cette expertise les prépare idéalement à une future carrière professionnelle dans un environnement de fabrication. Outre ces machines, les partenaires industriels du programme HTEC offrent un vaste éventail d’équipements complémentaires, afin d’élargir autant que possible les connaissances professionnelles des élèves en matière d’usinage CNC.

Q : Quels sont les principes de base assurant le succès d’un centre HTEC ?

KM : Tout d’abord, l’environnement HTEC est conçu pour être motivant. Cet aspect est de prime importance. Il doit être propre, bien organisé, et nous voulons qu’il reflète l’environnement de fabrication optimal que les élèves seront susceptibles de rencontrer une fois leur apprentissage terminé. C’est le travail du HFO local, qui offre son soutien au quotidien afin que les entreprises voisines voient le complexe comme un centre de fabrication d’excellence et un vivier d’apprentis opérateurs bien formés.

Q : En quoi le programme HTEC diffère-t-il de l’offre d’autres entreprises de machines-outils en matière d’apprentissage ?

BM : Pendant plusieurs années et en collaboration avec des professeurs universitaires, nous avons, au sein de HAE, rédigé et affiné les principes du programme en nous basant sur plusieurs années d’étude portant sur plusieurs points : comment motiver les élèves et les enseignants, comment promouvoir des techniques d’enseignement innovantes et comment optimiser l’implantation du programme HTEC au cœur des écoles et collèges.

KM : Un point important à noter est que HAE ne donne ni ne loue de machines à un HTEC. Bon nombre de fabricants pratiquent en fait le prêt de machines, mais généralement pour une période limitée. Lorsque le contrat de prêt arrive à échéance, disons au bout de deux ans, la machine est enlevée et l’école ne peut plus dispenser ses formations. Il va de soi qu’une école ne peut pas s’engager à long terme auprès de ses élèves ou de son personnel éducatif si les installations et le support des machines ne suivent pas. HAE insiste pour que toutes les parties s’engagent. Nous travaillons également avec nos HFO, les entreprises de fabrication avoisinantes et les départements gouvernementaux afin de trouver et d’augmenter les financements permettant de créer des structures durables.

Q : Selon vous, quels sont les critères qui incitent les jeunes à choisir une carrière dans la fabrication de précision ?

BM : Les jeunes veulent apprendre de nouvelles compétences qu’ils pourront négocier sur le marché de l’emploi. Ils sont avides de nouveaux défis, de changements constants et de nouvelles expériences. Ils sont également intéressés par les équipements de pointe. En fait, les jeunes gens d’aujourd’hui recherchent à juste titre la même qualité d’équipement dans leur salle de classe que celle à laquelle ils sont habitués chez eux et dans leur vie quotidienne. Le programme HTEC vise à offrir les compétences et connaissances qui mèneront à des carrières intéressantes et bien rémunérées.

Q : Le programme HTEC encourage-t-il également les femmes à intégrer le monde de l’ingénierie ?

KM : Absolument. Seulement 5 % des jeunes filles scolarisées se disent intéressées par une carrière dans l’ingénierie. Bien sûr, ce chiffre repose pour beaucoup sur les stéréotypes et les préjugés de l’industrie qui présentent les carrières dans la fabrication comme des choix inappropriés pour les femmes. Mais les mentalités sont en train d’évoluer, et rapidement.

BM : L’ingénierie propose des possibilités de carrière similaires à celles des sciences et des technologies. Qui plus est, statistiquement, les jeunes femmes réussissent souvent mieux que leurs homologues masculins pour tout ce qui traite des sciences et des chiffres. Les étudiantes qu’il nous est donné de rencontrer par le biais du programme HTEC sont exceptionnelles, pas nécessairement en ce qui concerne leurs aptitudes d’apprentissage, mais plutôt au niveau de leur attitude positive et leur volonté d’apprendre. Nous mettons tout en œuvre afin d’en faire des exemples pour toutes les autres jeunes filles en parlant d’elles dans des études de cas et profils.

Q : Combien d’élèves environ participent ou ont bénéficié du programme HTEC en Europe ?

BM : Sachant que nous comptons aujourd’hui plus de 50 centres HTEC en Europe, avec une moyenne de 20 élèves par site, nous estimons qu’actuellement, plus de 1 000 élèves suivent une formation d’usinage CNC à l’aide de machines-outils Haas. Cela représente au moins 1 000 opérateurs qualifiés qui accèdent au marché de l’emploi chaque année ou tous les deux ans. Il est cependant également important d’ajouter que HAE a installé des machines Haas dans 560 écoles européennes autres que des centres HTEC parfaitement opérationnels. Nous évaluons donc à 10 000 le nombre d’élèves qui sont formés sur ces machines chaque année.

Q : Les jeunes sont friands des médias électroniques et sociaux pour la communication et la création de réseaux et en sont des utilisateurs prolifiques. De quelle manière HAE exploite les toutes dernières technologies afin de rester en contact avec les élèves et le personnel du programme HTEC ?

BM : Il s’agit d’un défi de taille, étant donné que le programme HTEC européen est présent dans plusieurs pays et implique de nombreuses langues. En juillet, nous avons lancé un site Web complètement revu et repensé, qui se veut plus pertinent pour les acteurs du programme HTEC, dont les HFO, les partenaires industriels et d’autres instances externes, comme les départements gouvernementaux et les employeurs potentiels.

KM : Le nouveau site est actuellement disponible en anglais, allemand, italien, français, néerlandais et suédois, et inclut des liens vers des médias sociaux, comme le blog de Bert. Le site est, dans son ensemble, plus facile à utiliser que la version précédente, qui ne reflétait pas, selon nous, notre vision et nos objectifs relatifs au programme HTEC de manière parfaitement claire.

Q : À quoi ressemblera la fabrication avancée du futur en Europe ? De quels types de techniciens aura besoin le secteur de la découpe des métaux CNC ?

KM : Nous constatons que les entreprises de fabrication européennes sont en train d’automatiser de plus en plus leurs usines, licenciant leurs employés les moins compétents. Néanmoins, malgré le nombre croissant de machines et robots avancés, semi-automatiques et automatiques utilisés, de plus en plus d’experts qualifiés seront requis pour configurer et ajuster les systèmes, résoudre les problèmes et garantir l’efficacité et l’optimisation des cycles de production. Cette tendance constitue une gigantesque manne d’opportunités pour les diplômés HTEC.

BM : Les fabricants sont à la recherche de collaborateurs qui comprennent les équipements informatisés sophistiqués et savent s’adapter à plusieurs processus. Ils ont besoin de gens capables de résoudre les problèmes de production complexes, de faire fonctionner les systèmes tout en assurant la maintenance préventive, d’effectuer des réparations de routine, et d’identifier et appliquer des mesures permettant d’améliorer les processus. Par le biais du programme HTEC, nous essayons d’offrir aux élèves un large panel de connaissances et compétences spécifiques relatives à l’usinage CNC, aux logiciels de FAO, aux outils de découpe, aux dispositifs de serrage, aux techniques d’arrosage, etc. En outre, chacun des partenaires industriels du programme s’engage à fournir ses produits, son expertise et ses supports pédagogiques. Nous sommes convaincus que le programme HTEC englobe une combinaison unique et performante revendiquant un soutien optimal et les technologies les plus avancées.